Forum de l'Alliance Etoile Noire de l'univers 61
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rps of the Darkyky

Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Anubis
Diplomate ETN
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 14/04/2009
Age : 27
Localisation : Ziost, Capitale de l'Empire Sith =P

MessageSujet: Rps of the Darkyky   Mar 12 Mai - 22:20

Bon et bah je vais inaugurer cette jolie partie toute neuve et toute vierge (=D) avec mes machins tout vieux ^^

Voici un Rp assez récent, fait dans le cadre d'un tournoi de Rp uni 50, et avec en thème imposé:

Citation :
Une personne se réveille un matin et le monde de dehors est sans dessus dessous , bah oui quoi c'est la fin du monde enfin!!
Le problème vient du fait que la dite personne se retrouve priver de sa voie et de son ouïe , alors comment va t'elle réagir dans cette situation complètement dingue.

Je souhaite avant tout que le texte se concentre sur l'état du perso en priorité sur comment il se sent , comment il va réagir a tous ça d'un coup si possible je veux pouvoir sentir son désarroi dans le texte .



Apokalypse et handicap, ou comment devenir dépressif en quelques lignes.

… mon rêve était des plus agréables : nous étions en train de nous marier, ma compagne et moi, quand l’enfer se déchaîna. Je venais de lui passer la bague au doigt et je m’apprêtai à l’embrasser quand soudainement une vive lueur rouge apparut, et un mur de flammes s’abattit dans la salle. Un mur de flammes ayant la forme d’une tête démoniaque…
C’est à ce moment-là que je me suis réveillé, couvert de sueur et tremblant de fièvre, en train de hurler et de me tordre de douleur dans mon lit, comme si mon corps était devenu fou. Comme si l’incroyable machinerie qui le faisait fonctionner peinait à fonctionner, comme si mon corps allait mourir. Ma compagne, couchée à mes côtés, subissait la même torture que moi.
Cette souffrance ne dura que quelques minutes, mais j’eu l’impression de vivre une éternité en Enfer sous les coups des suppôts de Satan, plongé dans une sorte de coma qui nous déconnectait de la réalité mais qui nous laissait tout de même percevoir la douleur. J’eu quelques moments de lucidité pendant lesquels j’entendis mes voisins hurler de la même manière que nous… Et si j’avais été Dieu, j’aurai entendu toute l’Humanité hurler de douleur…

Il y eut un énorme rugissement puis la douleur s’arrêta brusquement, nous laissant affaler sur nos matelas et perclus de douleurs, comme après une journée particulièrement sportive. Il nous fallu dix bonnes minutes pour que la douleur dans notre corps se calme, et que nous puissions nous lever afin de nous habiller –sommairement- et sortir dans la rue…
Il est étrange de voir que les Humains ne sont pas si différents que ça les uns des autres… Tout le monde, sans exception, sortit dans la rue pour voir ce qui se passait… Et bien ils ne furent pas déçus, ce furent sûrement les meilleurs effets spéciaux qu’ils virent de leurs misérables vies...
Une gigantesque tornade rougeâtre s’élevait dans le ciel à quelques dizaines de kilomètres de là où nous nous étions réunis, une tornade remplie d’éclairs et dont plusieurs « filaments » de plusieurs kilomètres de diamètre partaient. Bien que le jour ne se soit pas encore levé, nous pouvions voir que le ciel était rempli de nuages noirs comme le charbon, et nous sentions que quelque chose volait dans notre ciel, et que cela n’était pas seul…

Malheureusement pour nous, tout cela était réel, et nous fûmes violement ramené à la réalité. Un cri strident retentit, jetant la panique au sein de notre groupe et en clouant certains au sol. Les créatures que nous avions senties dans le ciel, se mirent alors à nous tomber dessus, enlevant certains d’entre nous dans les airs dans des cris de terreur, en clouant d’autres sur le sol avant de les déchiqueter ou bien en les propulsant loin dans les airs… Les manières dont ces rejetons de l’Enfer nous massacrèrent étaient bien trop nombreuses et horribles pour que je puisse vous en faire une liste complète… De toute manière, je ne me souviens de pas grand-chose…
Je fis parti de la catégorie des gens cloués au sol par le cri : celui-ci retentissait dans mon crâne, le mettant à mal et me déchirant les tympans. A genoux en plein milieu de la rue, je me tenais la tête en hurlant à m’en écorcher la gorge, ne pouvant absolument plus faire le moindre geste. Je priai pour que tout cela s’arrête, pour que la douleur cesse, pour que quelqu’un me tue…
Quelque chose vint alors se loger dans ma gorge. Un moucheron sans doute, perturbé par ce qui passait au dehors. Toutefois, il vint se loger au fond de ma gorge et me fit m’étouffer. Cela fit trop pour mon corps, qui s’écroula sans connaissance sur le goudron alors que le monde autour de moi s’effondrait aussi…


Je repris connaissance plusieurs heures après. Le jour s’était levé depuis quelques heures déjà, et le spectacle de la rue ravagée et parsemée de cadavres pas toujours entiers –la rue qui m’avait vue grandir et devenir l’homme que j’étais- était encore plus terrorisant qu’en pleine nuit…
Je me trouvais adossé au mur de ce qui était encore il y a quelques heures, la devanture d’un magasin de chocolat –très bon d’ailleurs. Ma compagne se trouvait à côté de moi, m’essuyant du mieux qu’elle pouvait le sang sur mon visage et tentant de panser mes blessures. Elle-même n’était pas dans un meilleur état, mais je n’étais pas en mesure de bouger pour le moment… Bien que mentalement exténué, je vis tout de suite que quelque chose n’allait pas, mais je ne pu trouver quoi, mon cerveau ne pouvant fournir un tel effort. Dommage car cela aurait sauvé des vies…
Ma compagne s’éloigna pour aller fouiller la vitrine d’un magasin situé de l’autre côté de la rue, alors que je tentais de récupérer quelques forces pour pouvoir me lever et penser. C’est alors que j’aperçus une créature démoniaque marcher sur la façade de l’immeuble abritant le magasin. En plein sur ma compagne…
A présent complètement conscient –mais pas encore capable de bouger- grâce à l’adrénaline, je me mis à crier un avertissement pour ma compagne. Elle ne remarqua même pas que j’avais parlé. Pensant ne pas avoir crié assez fort, j’hurlais aussi fort que plus tôt, alors que je soufrai dans mon lit. Toujours aucune réaction… Continuant de crier, je tentais d’attirer son attention par des gestes, mais rien que je ne pu faire ne fonctionna …
La créature arriva et se jeta sur elle, devant mes yeux impuissants. Cette engeance du mal la déchira, mais –et sur le moment, je ne m’en aperçus pas- je n’entendis aucun cri. Je ne vis que son corps être réduit à l’état de lambeaux sanguinolent avant d’être mâché et avalé. Puis la créature dirigea son regard vers moi, et un sourire malfaisant apparut sur ses lèvres. Ma compagne était morte à cause de moi, à cause de mon impuissance. La créature se rapprocha de moi à pas lents. Elle était morte par ma faute. Comme un prédateur sadique qui s’amuse avec sa proie avant de la mettre à mort. Je n’avais pu la sauver. Je ne pouvais plus détourner mon regard de ses restes. Et je ne pensais même pas à m’enfuir, inconscient du danger qui me guettait. La seule chose à laquelle je pensais était que j’avais perdu ma moitié… Et qu’elle était morte par ma faute.

Alors que la créature allait me donner le coup de grâce, il y eut un éclat de sang et elle s’écroula lourdement au sol. Des gens accouraient tout autour de moi pour m’aider et sécuriser le périmètre. Complètement déconnecté de la réalité, je les vis me parler, tenter de communiquer avec moi. Mais pourquoi faisait-il cela, n’avait-t-il pas compris que tout était vain ? Pourquoi m’avait-il sauvé de cette créature ? Nous allons tous périr, l’Humanité va disparaître, alors autant ne pas souffrir plus que mesure. J’aurai disparu comme ma compagne, décoré par une quelconque créature, mes restes pourrissant à l’air libre et mes os nettoyés par les charognards…
Tout ces gens n’avaient-ils pas encore compris que nous n’avions aucune chance ? A quoi pourrai-je servir dans ce monde ? Sans ma compagne, sans pouvoir parler, ni entendre –car à présent, je savais pourquoi je n’avais pu la sauver… Mes cordes vocales et mes oreilles venaient de me lâcher…-, je n’étais à présent qu’un fardeau inutile, un sac à viande inutile et tout juste bon à attirer les ennuis.
Après avoir essayé pendant un certain temps de communiquer avec moi, les gens abandonnèrent et me mirent debout. On m’expliqua par geste que je devais les suivre, qu’ils allaient se réfugier dans un endroit sûr, que seul je n’étais pas en sécurité… Ces idées me firent sourire, tellement elles étaient fausses… Il est drôle de voir comment l’Homme peut s’accrocher à une utopie, même quand la vérité est évidente et sous ses yeux.
On me donna une arme à feu chargée et on me fit signe de venir avec le gros de la troupe. Cette arme était mon salut, ma délivrance. Ma décision fut prise en un quart de seconde.

Je pointais le canon vers mon visage et pressais la détente. La balle quitta le canon de l’arme et vint se loger dans mon crâne. Un coup parfait, qui me tua quasiment instantanément. Alors que je m’effondrais par terre, les autres accoururent tout autour de moi, pour essayer de me sauver.
Alors que je sentais une partie de moi s’élever dans les airs, j’eus la certitude que je me dirigeais vers un monde meilleur, que j’allais rejoindre ma compagne. Que je quittais un monde de douleur et de déception, le monde dans lequel j’avais vécu pendant de si nombreuses années… Je n’eus aucun regret à partir, laissant derrière moi ce groupe de gens qui m’avait sauvé, et qui m’avait tué en même temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rps of the Darkyky
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[ETN] - Univers 61 :: Section Externe :: Partie RP-
Sauter vers: